Le processus de création est une suite d’interactions entre deux sphères : le conscient et l’inconscient.

Le conscient-la conscience de groupe : émergence de l’intelligence collective

Lors de l’accomplissement d’une tâche collective, la co-présence des individus leur donne la possibilité de percevoir les signaux émis par les membres et de mieux comprendre leurs actions et leurs intentions. Cette connaissance qui résulte de la perception des signaux émis par les autres participants d’une tâche collective correspond à ce qui a été étudié dans la première partie de l’article. Dans le cadre des équipes virtuelles, cette conscience se crée et se développe à travers les TIC.

L’inconscient : création de l’intelligence collective

Selon Jung (1987) « la conscience n’est pas continue… la conscience est intermittente et interrompue ». C’est l’inconscience qui remplit les interstices. Une large proportion du processus de création se fait dans la partie inconsciente de l’équipe, par exemple aux niveaux de sous-groupes ou des individus en dehors de leur participation effective au projet. La partie inconsciente renferme les informations, les conversations, les échanges hors de l’espace de travail partagé, qui ont lieu par exemple au niveau des sous-groupes locaux et qui ne sont pas transcrits. C’est aussi ce que font apparaître les techniques d’analyse de contenu de l’espace de travail partagé (des éléments hors du champ formel). C’est la partie dont les membres ne connaissent ou ressentent que plus ou moins l’existence. C’est cette partie mystérieuse et difficilement accessible qui se dépose seulement pour partie sur l’espace de travail partagé. Ce sont également les réflexions individuelles ou personnelles de chacun des membres.

About these ads