easel.ly

Nous parlons de complexité et d’incertitude, ce qui rend éminemment difficile l’appréhension de la réalité économique, sociale et solidaire.

  • Qu’est ce qui fait que nous souhaitons rendre simple quelque chose d’immensément complexe que la théorie des champs sociaux et de l’éveil de la conscience culturelle d’une organisation ? 
  • L’immense complexité et efficacité d’une organisation humaine en transformation demande-t-elle une architecture et une ré-ingénierie sociale ?
  • Comment développer cette capacité à mobiliser l’intelligence collaborative et collective tout en développant les prises de conscience transformationnelles durables ?

La théorie U est un processus contenant des milliers d’outils d’interventions à la fois individuels, collectifs et organisationnels. C’est un processus étendu à mettre en œuvre et demande un accompagnement dans la durée. Il a l’avantage de pouvoir s’immiscer dans tous les rouages de l’organisation. Mais c’est aussi un processus de changement comportemental facile à manier avec une bonne équipe d’interventions, s’il s’inscrit dans une volonté de transformation profonde de l’organisation.

À mon sens, la durée de transformation est de 5 ans. Tout l’art de cette théorie est d’aménager l’espace selon un processus progressif de changement souple, puisse qu’il permet de mélanger d’autres approches et d’autres outils comme l’appréciative inquiry, l’holacratie, world café, social learning, open innovation, etc….j’en ai repéré une bonne trentaine.

En général dans une approche de ré-ingénierie sociale, je vois bien une architecture conceptuelle d’interventions avec une bonne équipe de coachs, d’experts, sachants, psychosociologues, etc…comme nous pouvons l’imaginer parallèlement avec l’architecte, l’urbaniste, le paysagiste et son équipe d’ingénierie.

Reconstruire une cathédrale ou la réhabiliter est un grand chantier qui demande une forte expertise dans beaucoup de domaine, une bonne étude de définition, une faisabilité avec différents scénarios, un programme et une conduite du changement de la mission.

Aborder la transformation d’une organisation est un grand chantier, très complexe, délicat et difficile, d’autant que la nature humaine est irrationnelle, émotionnelle et relationnelle, un atout, mais également sa faiblesse.

About these ads