Culture d’entreprise : Les Sept Niveaux de valeurs et comportements

Les 7 niveaux de conscience organisationelle

Niveau 1: Survie

Le premier besoin d’une organisation est sa survie financière. Sans profit ou sans accès à une source régulière de fonds, les organisations périssent rapidement. Chaque organisation doit faire de sa santé financière son principal souci.
Par ailleurs, une Entreprise qui serait centrée uniquement sur ce niveau se verrait très vite déchanter, ne disposant ni de vision moyen terme, et imposant à ses salariés une pression financière qui engendrerait un climat social détestable.

Niveau 2: Relations

Le second besoin d’une organisation est celui des rapports interpersonnels harmonieux. L’entretien de bonnes relations entre ses employés, ses clients et ses fournisseurs, est une condition qui permet l’échange d’idées, la vérification des satisfactions mutuelles.
Les entreprises uniquement centrées sur ce niveau n’ont qu’un seul but : satisfaire leurs propres besoins.
Cela ne favorise ni la flexibilité, ni l’entreprenariat, ni l’ouverture à des profils comportementaux différents.

Niveau 3: Estime de soi

La conscience de l’estime de soi se traduit par un désir de grandeur : être l’Entreprise la plus grande, la meilleure dans son domaine. Compétitivité, efficacité, amélioration constante du ratio coût/performance, excellence dans tous les métiers sont les mots d’ordre.
Le contrôle est souvent assuré par des structures de pouvoir hiérarchique qui privilégient statut, et reconnaissance. Les sociétés qui sont essentiellement centrées sur ce niveau de conscience peuvent facilement dégénérer en bureaucraties, et étouffer ainsi toute initiative.

Niveau 4: Transformation

Passer d’un système de croyances basé sur l’intérêt personnel à un autre système basé sur le bien commun est l’évolution naturelle de son niveau conscience, ou interviennent désormais des valeurs comme connaissance de soi et renouvellement continu.
Le processus de transformation commence par la participation et l’implication des salariés. Chacun s’engage pour la réussite de l’entreprise, la prise de risque est encouragée, la culture de l’organisation passe du contrôle à la confiance, de la punition à l’incitation, de l’exploitation à la propriété et de la peur à la vérité. Le début d’une vraie dynamique cohésive, en quelque sorte.

Niveau 5: Cohésion interne

L’intérêt essentiel des organisations de « niveau 5 » est la connectivité interne. Elles y parviennent grâce au développement d’un esprit positif fort, associé à une vision et des valeurs partagées. L’organisation développe engagement et enthousiasme et encourage une plus grande créativité. Des valeurs comme l’humour, la transparence et la passion deviennent importantes.
Les échecs deviennent des leçons et le travail un plaisir.

Niveau 6: Créer la différence

A ce niveau de conscience, les domaines principaux d’intérêt sont la connectivité externe et l’accroissement de la connectivité interne à travers le coaching et l’épanouissement des salariés. Des partenariats sont créés avec les clients et les fournisseurs, des alliances stratégiques avec des confrères, des entreprises complémentaires, voire des concurrents.
Par ailleurs, l’organisation trouve des moyens pour supporter la communauté locale en collaborant avec entreprises locales, en prenant en compte de manière volontaire, de son impact sociétal et environnemental.

Niveau 7: Service

A ce niveau de conscience, l’Entreprise élabore son service à l’humanité et à la planète, service désintéressé bien sûr. L’inter connectivité de toute vie est reconnue ainsi que le besoin tant pour les individus que pour les institutions en vue d’assumer le bien-être à un niveau global.
Ici, les organisations sont profondément soucieuses d’éthique, de justice, des droits humains, de paix et de l’impact des actions d’aujourd’hui sur les générations futures.
Le développement durable, l’activisme social et une philanthropie consciemment orientée deviennent partie intégrante de la stratégie d’entreprise.

Les différents visages du managers selon l’environnement.