Comment réussir un brainstorming ?

On est plus intelligent à plusieurs que seul. Tel est le principe de base du brainstorming. Pour résoudre un problème ou trouver de nouvelles idées, le remue-méninges collectif peut s’avérer très efficace. Certaines règles doivent toutefois être respectées.

Le brainstorming (association des termes anglais « brain » : cerveau et « storm » : tempête) est une technique de créativité en groupe élaborée, en 1939, par un publicitaire du nom d’Alex Osborn. Selon lui, la qualité d’une idée ou d’une solution naît de la quantité des propositions d’un groupe. Véritable moment de stimulation de l’imagination et de l’intelligence collective, le brainstorming suppose le respect de certaines règles et un déroulement en plusieurs étapes.

Les règles d’or à respecter. Afin de tirer tous les avantages d’une séance de brainstorming, chaque participant se doit de respecter certains principes. Des règles nécessaires afin que ce remue-méninges ne se transforme en remue-ménage.

Pas de censure. Le brainstorming n’est pas une séance de règlements de compte entre collègues. Aucun jugement ou aucune critique sur les idées ne doit être émis afin de ne pas freiner le processus créatif de chacun. Cela suppose que chaque participant dépasse le stade de l’inimitié, de la rivalité ou de l’inhibition pour donner libre cours à l’expression de ses idées.

Un moment d’égalité. Durant cette séance de réflexion collective, les rapports hiérarchiques sont laissés de côté. Ainsi, la présence du chef ne doit pas paralyser les participants dans leur réflexion.

Un moment de liberté. Exprimer le plus grand nombre possible d’idées, de suggestions, de propositions. C’est le but de cette réunion de réflexion qui laisse toute sa place à l’originalité. La quantité des propositions formulées permettra d’augmenter les probabilités de trouver des idées valables. Chaque participant est donc invité à s’inspirer des idées émises, à les développer, les enrichir, les compléter.

Le déroulement du brainstorming. Comme toute réunion de travail, le brainstorming nécessite un animateur. Son rôle est essentiel. Il énonce le but recherché lors de cette séance de travail et distribue le temps de parole lors d’un tour de table par exemple. Il veille à ce que le groupe ne soit pas dominé par certaines personnes et que le dialogue reste cordial et constructif. Toutes les idées émises sont inscrites sur un tableau visible par chaque participant. Après la phase de production des suggestions, l’animateur procède à l’exploitation des idées. Il regroupe, hiérarchise les idées. Enfin, un recours au vote peut permettre au groupe de retenir la ou les idées ou solutions les plus intéressantes.