Facteurs à considérer pour l’employeur, l’employé et le syndicat

Le document qui suit contient des renseignements pratiques sur tous les aspects à prendre en considération lors de l’élaboration et de l’implantation de pratiques, politiques ou programmes de conciliation travail-vie. L’implantation d’un tel programme peut sembler une solution simple et pratique à la difficulté qu’ont les employés de concilier travail et obligations familiales, mais il ne faut surtout pas oublier de tenir compte de certains facteurs qui ne sont pas nécessairement évidents mais qui demeurent essentiels au succès du programme.


La charge de travail et l’organisation du travail

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Vous devrez peut-être réorganiser le travail, le redistribuer ou le modifier pour garantir le succès du programme de conciliation travail-vie.
  • Vous devrez peut-être aussi revoir vos attentes en fonction des nouveaux aménagements, de sorte que les employés ne se sentent pas tenus d’assumer la même charge de travail en moins de temps (dans le cas d’un partage des tâches, d’une réduction du temps de travail, ou d’un temps partiel). Cela peut signifier un changement de culture, à tous les échelons de l’entreprise.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • La réorganisation du travail n’affectera pas nécessairement la charge de travail (un horaire flexible ou le télétravail, par exemple, peut vouloir dire tout simplement un changement du lieu de travail, ou des modifications des horaires de travail).
  • Le travail à domicile comporte des distractions, surtout s’il y a de jeunes enfants à la maison.
  • Soyez conscient que si vous bénéficiez d’un arrangement de travail flexible, vous sentirez peut-être des pressions de la part de votre employeur pour accomplir la même charge de travail même si vous travaillez à temps partiel ou avez réduit votre semaine de travail.

Les responsabilités administratives et de gestion

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Certains programmes de conciliation travail-vie peuvent être élaborés et mis en œuvre à peu ou pas de frais pour l’employeur, tandis que d’autres peuvent signifier une augmentation des responsabilités administratives ou de gestion et entraîner ainsi des coûts additionnels.
  • Prévoyez comment documenter ou contrôler le temps de travail.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Il se peut que certains programmes entraînent des coûts pour l’employé (frais nominaux d’adhésion à un centre de conditionnement physique ou frais de garderie), ainsi que des responsabilités administratives supplémentaires telles que la gestion du temps ou des demandes formelles d’accès à ces programmes, de même que d’autres tâches administratives pour aider l’employeur à gérer ou à financer ce programme.

Le besoin et la demande des employés pour certains programmes

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Lorsque vous élaborez un programme de conciliation travail-vie, ne perdez pas de vue que ces politiques ne conviendront pas nécessairement à tous et que vous devrez éventuellement y apporter des modifications, selon les besoins. Prenez en considération les caractéristiques socio-démographiques de votre personnel et procédez à des évaluations des besoins pour connaître les programmes les plus en demande.
  • Renseignez-vous sur les besoins réels avant d’adopter un programme ou une politique; déterminez le niveau minimal d’utilisation pour que votre entreprise reconnaisse la pertinence du programme.
  • Les entreprises qui adoptent une approche stratégique travail-vie doivent relever de nombreux défis :
    • « Poursuivre parallèlement deux objectifs, c’est-à-dire se centrer sur la capacité des employés à concilier leurs obligations familiales et professionnelles, tout en ne perdant pas de vue les objectifs de l’entreprise, est une tâche particulièrement ardue, puisque la tendance est d’accorder la priorité à une problématique et de négliger la seconde. »
    • Veillez à ce que l’implantation de pratiques de conciliation travail-vie ne vienne pas secondariser d’autres problématiques importantes, telles que l’équité en matière d’emploi et la promotion des femmes à des postes de direction.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Les syndicats doivent être sensibles aux besoins de leurs membres et mettre à l’ordre du jour de leurs négociations les programmes réclamés par les membres. Après le salaire et la sécurité d’emploi, lesquels demeurent les enjeux les plus cruciaux, l’implantation de programmes de conciliation travail-vie devient l’une des préoccupations les plus importantes pour les employés.
  • Le monde du travail s’est radicalement transformé au cours des dernières années. Au nombre de ces changements, mentionnons l’entrée de plus en plus massive des femmes sur le marché du travail, la croissance du travail à temps partiel et une réduction graduelle d’occupations dites « col bleu » au profit d’emplois de cols blancs. Ne perdez donc pas de vue que les caractéristiques socio-démographiques des membres ont changé au cours des dix dernières années et que de nouvelles problématiques ont émergé en raison d’une préoccupation de plus en plus grande en matière de conciliation travail-vie.
  • Ne négligez pas l’impact de l’augmentation d’emplois atypiques et des politiques de conciliation travail-vie sur le recrutement et la composition démographique des membres de votre syndicat.

La sélection et la convenance des employés

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Ce ne sont pas tous les types de postes qui se prêtent à un horaire de travail flexible ou à des horaires aménagés. Les postes qui exigent une prestation de services à heures fixes demandent également un horaire fixe.
  • Vous devrez choisir soigneusement les employés qui pourront se prévaloir de certains programmes de conciliation travail-vie, compte tenu de leurs compétences, de leurs forces et de leurs habitudes de travail (concentration, gestion du temps, organisation, productivité).
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Ce ne sont pas tous les travailleurs qui pourront profiter de certains arrangements tels qu’un horaire de travail flexible ou d’un horaire aménagé en raison de contraintes de temps ou de la nécessité de cordonner leurs activités avec d’autres membres de la famille.
  • Dans certains cas, c’est le type de travail qui ne se prête pas à un arrangement de conciliation travail-vie.
  • Tous les employés ne seront pas en mesure de profiter des programmes de conciliation travail-vie car on doit pouvoir répondre à certaines exigences.
  • « De plus en plus de gens constatent que leurs seules possibilités d’emploi sont des postes contractuels de courte durée, souvent rémunérés au salaire minimum. Cela est particulièrement vrai dans les régions rurales ou dans les secteurs où sévit un taux élevé de chômage et où les employeurs ont l’embarras du choix et peuvent donc se permettre de dicter leurs conditions. Négocier de meilleures politiques de conciliation travail-vie dans ce contexte relève du défi.»Source : Work-Life Research Centre Site externe

Les pratiques de gestion et le soutien de la direction

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Pour aménager des horaires de travail flexibles, il se peut que vous deviez apporter des changements dans vos pratiques de gestion et votre culture d’entreprise. Comme il devient plus difficile de réunir les employés dans un endroit précis, à un moment précis, vous devrez, par exemple, planifier des téléconférences plutôt que des rencontres sur place avec les employés.
  • Plusieurs programmes de conciliation travail-vie tels que les horaires de travail flexibles et le télétravail entraînent des pratiques de gestion fondées sur l’observation des résultats, plutôt que des personnes. Vous devrez peut-être axer vos évaluations de rendement sur la qualité du travail, plutôt que sur des critères tels que les heures travaillées ou la présence au bureau.
  • L’appui et la confiance de la direction est essentielle. Encouragez vos gestionnaires à rencontrer leur équipe et à discuter des divers aspects des nouvelles politiques.
  • Comme dans toute situation nouvelle, vous devrez sans doute définir une stratégie pour surmonter la résistance au changement. Dans certains cas, cela peut vouloir dire l’instauration d’une toute nouvelle culture d’entreprise. Il se peut aussi que vous deviez recourir aux services d’un conseiller extérieur pour organiser des conférences sur l’importance de la conciliation travail-vie.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Les employés doivent savoir que même s’ils ont des horaires flexibles ou travaillent à l’extérieur du bureau, la direction peut exiger qu’ils soient disponibles pour des rencontres pendant les heures normales de travail et pouvoir les joindre facilement.
  • N’oubliez pas que si ce type d’arrangement est nouveau pour vous, il l’est probablement tout autant pour votre supérieur immédiat. Il se peut donc que cela prenne un certain temps avant que ce dernier s’habitue à cette nouvelle façon de travailler et apprenne à vous faire confiance. Veillez à établir de bonnes communications et à fournir la même, voire une meilleure qualité de travail que par le passé.
  • Tous les gestionnaires ne seront pas également favorables à un programme de conciliation travail-vie. Même si votre entreprise a implanté de telles politiques chez vous, il se peut que votre supérieur ne soit pas d’accord. Dans ce cas, faites les démarches appropriées si vous pensez devoir déposer une plainte ou un grief.

Les responsabilités et l’organisation du travail

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Définissez vos responsabilités et limites, en tant qu’employeur, dans le cadre de vos pratiques de conciliation travail vie, particulièrement en ce qui a trait au télétravail : l’aménagement ergonomique d’un espace de travail à la maison, les contraintes en matière de santé et de sécurité au travail, l’équipement et la technologie nécessaires, les frais encourus, ainsi que l’aspect sécuritaire (accès en direct au réseau).
  • Prévoyez les répercussions de certains arrangements, particulièrement les horaires flexibles, le télétravail et le temps partiel, sur l’aménagement physique de vos bureaux.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • N’oubliez pas que si vous travaillez à la maison, vous devrez sans doute réaménager votre bureau, ou du moins le faire inspecter par votre employeur pour vous assurer que votre espace de travail réponde aux normes de santé et de sécurité au travail. Clarifiez quelles sont vos responsabilités en matière d’équipement et autres fournitures de bureau.
  • Vous devriez également vous renseigner sur les répercussions fiscales (impôts et déductions de certains frais) du télétravail.Source : InnoVisions Canada Site externe

Le programme de communication

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Considérez la pertinence d’élaborer une stratégie de communication pour faire connaître le programme et favoriser son utilisation.
  • Même un programme rudimentaire de communication peut s’avérer utile ; vous pourrez toujours le compléter par la suite.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Renseignez-vous sur les arrangements possibles en matière de conciliation travail-vie, auprès de votre employeur actuel ou éventuel.
  • Le syndicat devrait s’assurer de fournir à ses membres, par le biais d’un bulletin de nouvelles ou de réunions, toutes les informations pertinentes pour les encourager à profiter des programmes offerts, afin qu’ils ne soient pas sous-utilisés.

L’évaluation du programme

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Considérez la possibilité de mener des sondages pour évaluer les progrès et vous ajuster en conséquence.
  • Si vous hésitez à implanter des programmes de conciliation travail-vie, faites-en l’essai pendant une période suffisamment longue pour être concluante. Ainsi, vous verrez comment les employés réagissent à ces nouvelles façons de travailler tout en disposant du temps suffisant pour évaluer le succès du programme.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Répondez aux sondages ou aux enquêtes si on vous en donne l’occasion. Saisissez cette occasion pour donner votre opinion et exprimer vos besoins.
  • Les syndicats devraient appuyer ou participer à l’élaboration d’un plan de communication sur la conciliation travail-vie de sorte qu’ils puissent rester au fait des développements en cette matière.

Le travail d’équipe et l’isolement

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Les employés qui ont des horaires flexibles ou travaillent à la maison peuvent se sentir « déconnectés ». Il vous faut mettre en place des moyens de les inclure pour qu’ils sentent qu’ils font toujours partie de l’équipe.
  • « Les autres membres de l’équipe peuvent rapidement développer du ressentiment s’ils doivent travailler plus (même s’il s’agit de tâches qui semblent insignifiantes mais qui s’additionnent, comme faire des photocopies ou envoyer des télécopies) pour rendre service à un employé qui profite d’un arrangement de conciliation travail-vie. Puisqu’ils sont également touchés par cet arrangement, encouragez les membres de l’équipe à s’exprimer sur cette question. »Source : The Editorial Eye Site externe
  • N’oubliez pas que les problèmes de conciliation travail-vie peuvent affecter quiconque, à n’importe quel moment du cycle de la vie. Nous avons tous besoin de temps et d’espace, et les politiques qui ne favorisent que certains groupes d’employés (les femmes, les hommes, les familles monoparentales, ou les personnes soignantes) peuvent susciter de l’antagonisme entre les employés.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Le courrier électronique et l’internet permettent aux gens de travailler à partir de leur domicile. Par ailleurs, ce style de vie ne convient pas à tous; certains se sentent isolés ou coupés des réseaux professionnels. La technologie peut aussi accroître le stress du travail, de même qu’un afflux de messages électroniques et la sonnerie incessante du téléphone.
  • Évitez de profiter de vos collègues qui n’ont pas recours à des arrangements flexibles en présumant qu’ils peuvent vous rendre certains « petits services » parce qu’ils travaillent au bureau.
  • Il se peut que vous ne puissiez participer à tous les programmes de conciliation travail-vie offerts par votre employeur. Certains programmes conviendront à certains groupes d’employés mais cela ne veut pas dire que vous en êtes exclus ou qu’ils ne sont pas utiles. Vous n’avez peut-être pas d’enfant présentement mais vous pourriez éventuellement avoir l’occasion de profiter d’une garderie subventionnée par l’employeur. Il est crucial que les syndicats soient au fait des caractéristiques socio-démographiques de leurs membres de sorte qu’ils puissent défendre les bons dossiers lors des négociations de la convention collective.

La rémunération et les avantages sociaux

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Prévoyez les effets des programmes de conciliation travail-vie sur les programmes d’avantages sociaux (par exemple, l’assurance-santé et le plan dentaire) particulièrement pour les employés qui ont des horaires de travail flexibles ou partagent une tâche :
    • Offrirez-vous des avantages sociaux ?
    • Les avantages et les contributions seront-ils calculés au prorata du temps travaillé ?
    • Quels autres types d’arrangements êtes-vous en mesure d’offrir (par exemple, est-ce que vous verserez les contributions de l’employé en salaire, au prorata, de sorte qu’il puisse contribuer à un régime privé) ?
  • Lorsque vous planifiez la mise en œuvre de certaines mesures favorisant la conciliation travail-vie (travail à temps partiel, réduction de la semaine de travail, et travail partagé), prévoyez de quelle façon distribuer et rémunérer le travail supplémentaire.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Les employés qui profitent d’aménagements de travail, que ce soit le temps partiel ou le partage des tâches, doivent savoir qu’il y aura des effets sur leurs avantages sociaux, tels que l’assurance-emploi, les régimes de retraite du Québec et du Canada ainsi que le programme d’indemnisation des travailleurs. Vous devriez donc vous renseigner sur les dispositions de la loi sur les normes du travail concernant vos droits en tant que travailleur à temps partiel, ou en temps partagé, ainsi que sur les avantages offerts aux personnes qui travaillent à temps plein mais dont vous pourriez continuer de profiter.
  • Les employés qui partagent leurs tâches, ont réduit leur semaine de travail ou travaillent à temps partiel devront parfois travailler en temps supplémentaire pour accomplir efficacement leur travail. Les syndicats, ainsi que les travailleurs, doivent être conscients des impacts des programmes de conciliation travail-vie sur le temps supplémentaire rémunéré et non rémunéré.

L’ancienneté, l’avancement et l’évolution de carrière

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Prévoyez quels seront les impacts de vos programmes de conciliation travail-vie sur des facteurs tels que l’accummulation d’ancienneté. Par exemple, reconnaîtrez-vous le temps partiel de sorte que deux années de travail à temps partiel soient équivalentes à une année à temps plein, ou accorderez-vous la même ancienneté pour une année civile, que l’employé ait travaillé à temps plein ou à temps partiel.
  • Prévoyez également comment accorder des promotions sur la base de la qualité du travail de sorte que les employés qui travaillent à l’extérieur du bureau ne soient pas « oubliés » puisqu’on les voit moins souvent. Même si un employé profite présentement d’un arrangement de travail flexible, il pourrait être prêt à reconsidérer sa décision si on lui offrait une promotion.
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Lorsque vous optez pour des pratiques de conciliation travail-vie, pensez aux conséquences sur le calcul de l’ancienneté. Les aménagements du temps de travail peuvent ralentir l’accumulation des années de service, ce qui aura des répercussions certaines sur le salaire, le fond de pension, les vacances, de même que l’ordre de priorité en cas de mise à pied, ainsi que l’admissibilité à des promotions, à de la formation ou à un congé pour fins d’étude. Les syndicats devraient se pencher sur la question des avantages offerts aux employés qui profitent de programmes de conciliation travail-vie.
  • Soyez conscient des conséquences de vos choix sur votre plan de carrière. Si vous travaillez à partir de votre domicile, il se peut qu’on ne vous tienne pas toujours au courant des possibilités d’avancement, ou que cette façon de travailler ralentisse l’évolution de votre carrière.

Le recrutement, la rétention et la mobilité du personnel

Facteurs à considérer pour l’emloyeur
  • Tel que mentionné dans le plan d’affaires pour la conciliation travail-vie, de tels programmes peuvent vous aider à recruter et à retenir des employés qualifiés. Êtes-vous prêt à faire la promotion de votre entreprise sur la base des programmes de conciliation travail-vie que vous offrez ?
Facteurs à considérer pour l’employé ou le syndicat
  • Soyez conscient des conséquences de vos choix sur votre mobilité professionnelle. En effet, il pourrait devenir très difficile pour vous de quitter une entreprise qui permet ce genre d’aménagement, même si on vous offre un meilleur emploi ailleurs.

Les partenariats

Facteurs à considérer pour l’emloyeur, l’employé ou le syndicat
  • « Les partenariats entre employeurs et syndicats peuvent profiter à toutes les parties, en permettant aux employés de se faire entendre et d’inclure la conciliation travail-vie au plan d’affaires de l’entreprise. Lorsqu’un partenariat employés–direction est à l’ordre du jour des négociations et qu’un comité conjoint élabore des programmes, un milieu de travail syndiqué peut devenir un cadre idéal pour que les employés participent à la création de programmes innovateurs de soutien à la famille. De tels partenariats ne sont pas toujours évidents à créer ou à maintenir. Au delà de la confiance mutuelle qui doit exister entre les deux partenaires ainsi que de leur engagement à l’égard de la conciliation travail-vie, un tel partenariat exige des ressources financières et de la formation en résolution de problèmes qui permettent aux deux parties d’évoluer d’un climat de confrontation à un esprit de collaboration. »
About these ads