Chaque jour la crise et son cortège de stress nous adresse un message subliminal : on ne peut décidément compter que sur soi.
Mieux vaudrait réhabiliter non pas la confiance en soi — le Graal de la dernière décennie – mais en autrui, l’importance de la coopération avec les autres pour bâtir des projets communs.
Sans doute est-il étrange de faire d’un homme parfaitement heureux un solitaire : personne, en effet, ne choisirait de posséder tous les biens de ce monde pour en jouir seul, car l’homme est un être politique et naturellement fait pour vivre en société.
Le développement moral d’une civilisation peut se mesurer à l’étendue de son sens de la communauté.
Via www.latribune.fr

Publicités