Individualistes mais solidaires, autonomes mais soucieux de leur socialisation dans l’entreprise, les membres de la génération Y étonnent.
Bousculant de nombreux codes professionnels, ils transforment les standards en termes de motivation du personnel.
Leur credo : un management moins vertical et une reconnaissance de leurs compétences. Les méthodes traditionnelles d’incentive n’en restent pas moins d’actualité.
Via www.lenouveleconomiste.fr

Publicités