L’enjeu pour l’entreprise aujourd’hui est de construire managérialement, organisationnellement et techniquement la capacité de chacun de passer d’un mode de fonctionnement à l’autre avec des règles simples en fonction de la situation.

Non pour le plaisir de changer mais parce sinon elle s’avère incapable de traiter efficacement 60% de ses besoins

  • Sur le mode de management
  • Sur l’autorité
  • Sur l’autonomie
  • Sur la définition du travail en équipe
  • Sur le leadership
  • Sur les outils utilisés

7 points à surveiller:

  1. Plus de la moitié du temps du collaborateur est dédié à des activités où s’exprime son libre arbitre, sans qu’il suive des règles prédéfinies.
  2. Dans l’intérêt de l’entreprise il convient donc de faciliter le passage à chaque système, à l’outiller en fonction des objectifs de chacun et des règles d’engagement qui lui sont propres.
  3. La colonne vertébrale de l’entreprise reste la “production formalisée” car tout part d’elle et finalement tout doit y revenir.
  4. Il n’existe pas de mode de fonctionnement global unique satisfaisant. Il faut que chacun sache passer de l’un à l’autre en fonction de la situation présente.
  5. La notion même d’équipe, de groupe ou de communauté varie selon chaque cas. Ainsi que leurs règles et leurs facteurs de succès.
  6. Il n’y a pas concurrence entre deux types d’outils ni d’organisation mais au contraire complémentarité. C’est par contre à l’entreprise d’inventer la manière dont tout s’articule, de définir les règles et d’outiller le tout.
  7. Chaque type d’activité a une connotation 2.0 qui s’exprime de manière différente et plus ou moins intensément. Le 2.0 sert également le travail structuré

See on www.duperrin.com

Publicités