Après des décennies de mondialisation et de standardisation, les modèles de gestion d’entreprise devenus enfermants, étouffants, se retournent aujourd’hui contre la performance. D’où l’urgence d’inventer de nouveaux modèles, fondés sur le talent et la singularité, pour rééquilibrer « l’art du management » et relancer de nouvelles dynamiques de développement.

Coach HEC – Philippe Olivier Clement‘s insight:

Cette analyse n’est pas nouvelle : Aristote déjà pensait que le progrès de la technique, le couple théorie-pratique naturellement appliqué aux objets, ne résiste pas à la subjectivation. Le sujet n’est pas réductible à des lois physiques. Indocile et singulier ; passionnel et irrationnel. Ce qui explique que les progrès considérables de la technique, le remplacement en deux millénaires de l’énergie humaine (augmentée par l’esclavage) par la machine, ne parvient pas à trouver son pendant dans le monde complexe de l’intelligence humaine, malgré tous les progrès de la technique informatique. Là est le nœud de la résistance de la singularité : la technologie continue d’augmenter la productivité ; elle s’arrête à la frontière de la créativité, jardin bien gardé du talent humain.

See on lecercle.lesechos.fr