Tag Archive: bien être



1. L’implication de la direction générale et de son conseil d’administration est indispensable.

L’évaluation de la performance doit intégrer le facteur humain, et donc la santé des salariés.

2. La santé des salariés est d’abord l’affaire des managers, elle ne s’externalise pas. Les managers de proximité sont les premiers acteurs de santé.

3. Donner aux salariés les moyens de se réaliser dans le travail.

Restaurer des espaces de discussion et d’autonomie dans le travail.

4. Impliquer les partenaires sociaux dans la construction des conditions de santé. Le dialogue social, dans l’entreprise et en dehors, est une priorité.

5. La mesure induit les comportements.

Mesurer les conditions de santé et sécurité au travail est une condition du développement du bien-être en entreprise.

6. Préparer et former les managers au rôle de manager.

Affirmer et concrétiser la responsabilité du manager vis-à-vis des équipes et des hommes.

7. Ne pas réduire le collectif de travail à une addition d’individus.

Valoriser la performance collective pour rendre les organisations de travail plus motivantes et plus efficientes.

8. Anticiper et prendre en compte l’impact humain des changements.

Tout projet de réorganisation ou de restructuration doit mesurer l’impact et la faisabilité humaine du changement.

9. La santé au travail ne se limite pas aux frontières de l’entreprise.

L’entreprise a un impact humain sur son environnement, en particulier sur ses fournisseurs. 10. Ne pas laisser le salarié seul face à ses problèmes.

Accompagner les salariés en difficulté.


En novembre 2009, suite à la série de suicides de salariés,  François Fillon avait demandé des solutions à trois « experts » : Christian Larose,CGT, président de la Section du Travail du Conseil économique, social et environnemental, Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de  Schneider Electric, et Muriel Pénicaud, directrice générale des ressources humaines deDanone.

Un rapport sur le « bien-être et l’efficacité au travail » a donc été remis mercredi 17 février au Premier ministre, il servira notamment à la préparation du deuxième plan « Santé au travail ».

Les dix propositions du rapport :

1. L’implication de la direction générale et du conseil d’administration est indispensable.
2. La santé des salariés est d’abord l’affaire des managers, elle ne s’externalise pas.
3. Il faut donner aux salariés les moyens de se réaliser dans leur travail.
4. Il faut impliquer les partenaires sociaux dans la construction des conditions de santé.
5. La mesure de la santé psychologique des salariés est une condition de son amélioration.
6. Préparer et former les managers au rôle de manager doit faire partie intégrante de leur formation initiale.
7. Il ne faut pas réduire le collectif de travail à une addition d’individus.
8. Tout projet de réorganisation ou de restructuration doit mesurer l’impact et la faisabilité humaine du changement.
9. La santé au travail ne se limite pas aux frontières de l’entreprise, qui a un impact en particulier sur ses fournisseurs.
10. La détection et l’accompagnement des situations de stress sont une nécessité.

http://www.stress-info.org/wp-content/uploads/2010/02/rapport_bien-etre_et_efficacite_au_travail.pdf

%d blogueurs aiment cette page :